[RP] Palazzo di Farnese : La Rencontre / The Meeting [Tully & Cesare]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[RP] Palazzo di Farnese : La Rencontre / The Meeting [Tully & Cesare]

Message par Tully le Ven 17 Juin - 21:45

PALAZZO DI FARNESE
Palais des FARNESE



A l'aube de sa création, la famille Farnese doit son origine au Cardinal Tully Farnese, descendant de l'illustre famille des Sparte, c'est à Rome que la graine des Farnese verra le jour. Cité antique et siège de l’Église Aristotélicienne, Tully Farnese y passe le plus clair de son temps afin de servir le Très-Haut et les intérêts de l’Eglise et de ses fidèles. C’est pourquoi il y fait construire le Palais Farnese par les meilleurs artisans du Latium, dans le style architectural de son temps, image d’un renouveau que sa famille souhaitera insuffler, la Renaissance.


Dernière édition par Tully le Ven 5 Aoû - 12:05, édité 3 fois

_________________

Le Chevalier de la Foi donne la mort en toute sécurité et la reçoit avec plus d'assurance encore.
S'il meurt c'est pour son bien, s'il tue c'est pour son Dieu.
avatar
Tully
Seigneur de Sonnaz & de Montgon
Seigneur de Sonnaz & de Montgon

Messages : 497
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 29

http://palazzo-farnese.pro-forum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Palazzo di Farnese : La Rencontre / The Meeting [Tully & Cesare]

Message par Tully le Ven 17 Juin - 21:46


[ Monastère Grégorien ]

Rome. Le soleil dégringolait de son zénith lorsque la messe venait de s'achever au monastère. Les moines et autres ecclésiastes retournèrent à leurs occupations de la journée tandis qu'un jeune garçon était resté sur les bancs de l'église, les mains jointes, les yeux rivés sur les vitraux.
Le jeune Cesare n'avait jamais eu de manifestation divine dans sa vie bien que sa foi ne souffrait d'aucun doute. Ce qui lui inspirait le plus de spiritualité, c'étaient les vitraux. Cette ébauche de lumière et de couleur dans un environnement morne et sombre, qui, les uns à côté des autres, racontaient l'histoire d'une autre époque qui fascinait son temps, et lui avec.
Tandis que ses yeux admiraient encore une fois les vitraux, une grosse main se posa sur sa petite épaule. Il eut un réflexe de recul avant de reconnaitre derrière lui un des moines du Monastère où il vivait depuis plusieurs années déjà. Le moine lui fit signe de le suivre. Cesare se retourna alors de nouveau vers les vitraux et traça une croix devant lui en signe de respect envers Aristote. Il se releva et suivit alors le moine jusqu'à l'extérieur.
Le soleil l'éblouit d'abord et il ne vit pas tout de suite que deux gardes se trouvaient là, avec sur leur poitrail un emblème d'or à six fleurs de lys d'azur. Lorsque ses yeux s’accommodèrent à la luminosité, il reconnut immédiatement le blason et comprit dans l'instant.
Les gardes lui demandèrent de le suivre avec une certaine courtoisie. Cesare fit un signe au moine qui acquiesça. Le jeune garçon accompagna alors les gardes jusqu'à leur chevaux et grimpa devant l'un d'eux...


[ Palais Farnese ]

Cesare apprit alors par son cavalier que le Cardinal Tully avait fait construire un palais à l'intérieur même de Rome. Le jeune garçon était quelque peu surpris, mais garda une attitude humble et impassible. Lorsqu'ils arrivèrent devant, ses yeux parcoururent l'ensemble de l'édifice avec une certaine curiosité. Il mit pied à terre et suivit le garde jusqu'à l'intérieur du palais ou deux nouveaux gardes les laissèrent entrer. La sécurité de ses lieux était bien assurée ne put-il s'empêcher de remarquer. Cesare n'eut pas le temps de détailler la décoration de l'intérieur sur les pas du garde qui le menait sans doute vers son hôte.
Arrivé enfin à une porte, le garde l'invita à entrer. Cesare le remercia et pénétra dans la pièce vide. La porte se referma derrière lui. Enfin seul, il s'autorisa un léger soupir. Cette convocation était pour le moins surprenante, mais pas moins attendue par le jeune Cesare. Ce jour annonçait-il le nouveau chapitre de sa vie?


Dernière édition par Tully le Ven 5 Aoû - 11:55, édité 1 fois

_________________

Le Chevalier de la Foi donne la mort en toute sécurité et la reçoit avec plus d'assurance encore.
S'il meurt c'est pour son bien, s'il tue c'est pour son Dieu.
avatar
Tully
Seigneur de Sonnaz & de Montgon
Seigneur de Sonnaz & de Montgon

Messages : 497
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 29

http://palazzo-farnese.pro-forum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Palazzo di Farnese : La Rencontre / The Meeting [Tully & Cesare]

Message par Tully le Ven 17 Juin - 21:47


Assît dans son cabinet de travail, le cardinal enchaînait les parchemins et les bouteilles d'encre, jusqu'à la crampe au poignet droit... Tout ces papiers à signer, toutes ses lectures, ces textes, les rapports à lire, les réponses à fournir. Il avait convoqué sa garde pourpre, une garde composée exclusivement des meilleurs et des plus impitoyables combattants du monde. On frappa à sa porte, et d'un signe il ordonna au secrétaire qui était assît derrière le bureau dans le coin le plus sombre de la pièce, d'ouvrir la porte. Son Lieutenant Lihn entra dans un grand bruit de bottes, et bercé par le bruit du frottement des anneaux de sa cotte de maille. Tully le regardait en jetant un œil aux tapis ornés qu'il avait importé des Flandres et aux tâches de crottins présentes dans le sillage du soldat.

Lieutenant dit Tully le visage fermé de toute expression, vos ordres vous attendent sur le bureau de mon secrétaire le frère de Tréville ici présent. Accomplissez votre mission prestement et en toute discrétion. Escortez mon fils jusqu'à sa nouvelle demeure. Vous répondez de sa vie lieutenant. Inutile de vous expliquer ce qui se passera en cas d'échec.

Lihn inclina le buste comme pour acquiescer et fît le salut militaire en se tapant les bottes, ce qui eût le don de faire blêmir le visage du puissant Farnese.

Bien Éminence !

Il récupéra ses ordres cachetés d'un main distraite puis se figea alors que le cardinal retombait dans un immense fauteuil.

Lieutenant ! La prochaine fois, le nettoyage du tapis sera retenu sur votre solde du mois. Vous n'imaginez pas combien peuvent coûter ces merveilles.

Lihn effectua un salut sans utiliser ses bottes puis s'enfuit en refermant la lourde porte à double battants en noyer massif.

[ Un peu plus tard... ]

Tully releva le tête alors qu'il entendait le crissement des roues du carrosse sur les pavés si célèbre de la Ville Éternelle. Il se leva puis, se posta devant la grande fenêtre qui donnait sur le balcon principal du Palais Farnese. Les bras croisés dans son dos, il émit un petit sifflement en voyant s'avancer son fils. Aujourd'hui devenu bien grand.

Qu'à tu fait vieux bouc à plume rouge, pensa t-il pour lui même. Tant de moments ratés...


Il donna du travail au Frère de Tréville, puis passa par les étroits couloirs disposés partout dans la demeure pour lui permettre de voir sans être vu. Il se rendît directement dans sa chambre forte, une salle enterrée et gardée jours et nuits par à minima 2 gardes pourpres. Ce chiffre doublait lorsque quelque chose d'une plus grande importance y était entreposé. C'était le cas aujourd'hui. Les gardes se mirent au garde à vous lorsqu'il passa devant eux pour entrer dans la pièce, la double serrure qui fermait la porte de cette pièce était un peu particulière. En effet cette porte était non seulement forgée en métal et recouverte d'un bois épais pour l'esthétique mais flanquée de deux serrures. La première des deux clés était détenue par un des gardes en faction, et la seconde ne quittait jamais le cou de Son Éminence Tully. Il entra et referma la porte derrière lui. A ce stade se trouvait une sorte d'antichambre vêtue d'une bibliothèque s'étendant sur tous les murs. Tully actionna le mécanisme secret en tirant vers lui un des livres de cette bibliothèque, et le panneau central de l'antichambre se déroba pour laisser apparaître ce qu'on pouvait appeler un trésor. Un tas d'or et de bijoux, de bon de crédits, et de coffres. Tous acquis honnêtement, souvent des cadeaux. Il se dirigea vers une petite boite et l'ouvrît. Il en sortit le contenu puis repartit sans piper mot en prenant soin de verrouiller la pièce.

C'est à coup de chaussons qu'il monta les marches qui le séparaient de son fils. Il se racla la gorge puis entra discrètement et vît que son fils regardait la vue par la fenêtre. Il avait attendu ce moment depuis plus de 10 années. Et voila...


Cesare... Tu ne viens pas embrasser ton père ? dit-il en souriant malicieusement


Dernière édition par Tully le Ven 5 Aoû - 11:56, édité 1 fois

_________________

Le Chevalier de la Foi donne la mort en toute sécurité et la reçoit avec plus d'assurance encore.
S'il meurt c'est pour son bien, s'il tue c'est pour son Dieu.
avatar
Tully
Seigneur de Sonnaz & de Montgon
Seigneur de Sonnaz & de Montgon

Messages : 497
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 29

http://palazzo-farnese.pro-forum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Palazzo di Farnese : La Rencontre / The Meeting [Tully & Cesare]

Message par Tully le Ven 17 Juin - 21:48


Attendant son père, Cesare s'était alors installé à la fenêtre et observait les allers et venues des Romains. Le jeune Farnese n'avait guère eu l'occasion d'en rencontrer de "vrais" n'ayant eut jusqu'à présent affaire qu'aux frères du monastère. Il s'appuya alors contre le montant et pensa alors à son père qui l'avait placé dès son plus jeune âge dans cette "prison" religieuse. Il n'avait aucun souvenir de cette époque, et aucun souvenir de son père à vrai dire, mais les moines n'ont eu de cesse de lui rappeller son origine, à la demande de son père, sans doute. Cesare avait grandi sans aucun père, sinon le Très-Haut lui-même, et ayant été éduqué dans une foi aristotélicienne, il éprouvait un respect sans borne pour son géniteur, mais n'avait aucun amour pour lui. Il lui en voulait au fond de l'avoir abandonné. Non pas que sa vie au monastère l'ait déplu, néanmoins il aurait aimé voir plus de choses, découvrir le monde, au-delà des murs du monastère.

Cesare soupira lorsque la porte s'ouvrit. D'un bond, il fit face à la porte, droit et fier, lorsque son père entra. Ils échangèrent alors un regard de quelques secondes, Cesare redécouvrant alors un visage qu'il avait oublié et qui avait sûrement bien changé depuis la dernière fois. Aujourd'hui, il était face à un Cardinal.


Cesare... Tu ne viens pas embrasser ton père ?

Le jeune héritier s'approcha alors de son père avant de poser un genou à terre. Il attrapa la main de son père, et embrassa la bague avant de baisser la tête au sol. D'une voix sûre et fière, il lui répondit:

Je suis honoré d'avoir été convié par Son Eminence, Père...

Cesare redoutait le pourquoi de sa venue autant qu'il espérait pouvoir quitter enfin son éducation religieuse pour passer à des aspirations autres qui lui permettraient notamment de découvrir le monde, et pour commencer, sa ville natale, par les Palais les plus somptueux jusqu'aux quartiers les plus pourris, la Cité Eternelle, Rome.


Dernière édition par Tully le Ven 5 Aoû - 11:56, édité 2 fois

_________________

Le Chevalier de la Foi donne la mort en toute sécurité et la reçoit avec plus d'assurance encore.
S'il meurt c'est pour son bien, s'il tue c'est pour son Dieu.
avatar
Tully
Seigneur de Sonnaz & de Montgon
Seigneur de Sonnaz & de Montgon

Messages : 497
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 29

http://palazzo-farnese.pro-forum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Palazzo di Farnese : La Rencontre / The Meeting [Tully & Cesare]

Message par Tully le Ven 17 Juin - 21:48


Malgré sa Cinquantaine d'années de vie, le Cardinal Tully avait quelques difficultés à se mouvoir. Des difficultés qui étaient apparues, comme de l'arthrite goutteuse, ou des douleurs articulaires et musculaires dans le dos et dans les mollets. Sa maigreur légendaire faisait qu'il passait souvent pour quelqu'un de froid et d'ascétique. Et c'était plutôt vrai dans le sens où il ne mangeait quasiment pas de viandes et se contentait de pain frais, d'eau ou de bon vin, et de quelques soupes pendant la période hivernale. La vieillesse lui était apparue comme quelque chose de censé, comme une ancienne amie guettant la faiblesse pour venir vous arracher les restes de votre force et de votre jeunesse. Bientôt une canne lui serait nécessaire pour se mouvoir sans trop de difficulté. Bientôt le Très-Haut rappellerait à lui son plus fidèle lieutenant et le plus dévoué aussi, pour une vie éternelle au Paradis Solaire. Mais ce jour, il pouvait contempler devant lui la jeunesse incarnée, le fleuron des Farnese, les futurs princes de ce monde. Et tous assisteront à l'élévation d'une famille devant toutes les autres, pour la Gloire de son créateur et du Très-Haut. Son fils, un visage angélique, des pommettes encore roses d’innocence, et la peau aussi douce et blanche qu'un agneau.

Mon Fils... Après toutes ces années où je m'étais préparé à ce jour béni du Très-Haut, ce jour où j'assumerais enfin ton existence, où je verrai devant moi paraître le sang de mon sang, se tenant fièrement devant moi pour me montrer que la plus grande erreur de ma vie, fût d'avoir été choisi pour servir le Très-Haut aux plus hautes responsabilités. Servir le Très-Haut j'aurais pu le faire en veillant sur toi. Comme moine Grégorien sans grande responsabilité. Mais ton Père, Cesare, est un homme avant tout, faillible, faible, et séduit par le pouvoir, opportuniste toujours pour Dieu mais jamais pour toi.

Tully n'était pas homme à s'excuser ouvertement, il admettait ses erreurs et les confessaient à l'ombre de l'isoloir, mais jamais il ne s'excuserait, trop fier il était pour ça. Il ne voulait pas que son fils eût l'exemple d'un vieillard pleurnichard comme souvenir de son père. Tel que, lui, avait vu son propre père, 40 ans auparavant. Cupide, Pleurnichard et Détestable.

Approche toi, dit-il en tendant les bras, laisse moi te toucher. Laisse moi te regarder, et voir à travers tes yeux, le feu des Farnese. Cesare... Comment te porte-tu mon fils ? Les Grégoriens de Rome t'ont bien traités ?

Il posa la question pour entretenir la conversation et tenter de jauger l'esprit de son fils. Toujours la même haine envers la faiblesse, et les couards en tout genre. Mais en vérité il recevait chaque semaine des rapports qu'il gardait précieusement sur l'éducation de son fils. Les Grégoriens savaient qu'ils risquaient gros de maltraiter le Fils d'un des hommes si ce n'est l'homme le plus puissant et le plus riche de la Ville Éternelle. Mais grâce à Dieu ils avaient remplis leur part du contrat, Tully nota dans un coin de sa tête d'envoyer de l'or au monastère et une déclaration de patronat pour les remercier.


Dernière édition par Tully le Ven 5 Aoû - 11:56, édité 1 fois

_________________

Le Chevalier de la Foi donne la mort en toute sécurité et la reçoit avec plus d'assurance encore.
S'il meurt c'est pour son bien, s'il tue c'est pour son Dieu.
avatar
Tully
Seigneur de Sonnaz & de Montgon
Seigneur de Sonnaz & de Montgon

Messages : 497
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 29

http://palazzo-farnese.pro-forum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Palazzo di Farnese : La Rencontre / The Meeting [Tully & Cesare]

Message par Tully le Ven 17 Juin - 21:49


Genou au sol, Cesare releva la tête pour écouter son père. Avant ce jour, il ne l'avait pas revu depuis de nombreuses années et ne se rappellait pas de son visage. Cet homme était pour lui un inconnu, le fantôme dont parlaient les moines du Monastère en tant que son père, ou en tant que Cardinal de Rome. Aujourd'hui, il était face à lui. Et ce dernier lui fit une confession. Cesare l'écouta avec intérêt. Dans un sens, il trouvait étrange qu'il se dévoila si rapidement alors qu'il ne le connaissait pas. Etait-ce cela les liens du sang? Dans un autre, il lui était reconnaissant de lui faire confiance et de lui expliquer. Cesare comprenait et même s'il lui en voulait, il se disait que sa faute serait sans doute pardonnée si maintenant il pouvait réaliser son rêve, quitter le monastère et découvrir le monde.

Approche toi, dit son père en tendant les bras, laisse moi te toucher. Laisse moi te regarder, et voir à travers tes yeux, le feu des Farnese. Cesare... Comment te porte-tu mon fils ? Les Grégoriens de Rome t'ont bien traités ?

Cesare s'appuya alors sur son genou pour se relever et s'approcha de son père. Devant lui, il baissa alors les yeux par pudeur et humilité avant de lui répondre:

Les moines ont été très corrects envers moi et n'ont eu de cesse de m'enseigner les fondements de la Foy Aristotélitienne ainsi que les bases de sa vertue.

Cesare avait prononcé ses mots très naturellement, comme si la leçon avait été bien assimilée et que le jeune garçon en connaissait parfaitement les termes. Relevant la tête, il posa alors le regard sur son père. Prenant son audace à deux mains, mais toujours empreint de respect, il lui demanda:

Puis-je vous demander quelle est la raison de ma venue et ce que vous comptez faire de moi maintenant, Père?

Bien que cet homme n'était encore pour lui qu'un étranger, il avait pris soin d'ajouter ce dernier mot afin de lui faire plaisir. Après tout il était son sang, et plus que tout, son espoir d'une vie passionnante. Un homme si haut placé, si riche qu'il semble l'être, pourrait sans doute lui permettre de découvrir milles et unes merveilles...

_________________

Le Chevalier de la Foi donne la mort en toute sécurité et la reçoit avec plus d'assurance encore.
S'il meurt c'est pour son bien, s'il tue c'est pour son Dieu.
avatar
Tully
Seigneur de Sonnaz & de Montgon
Seigneur de Sonnaz & de Montgon

Messages : 497
Date d'inscription : 25/09/2010
Age : 29

http://palazzo-farnese.pro-forum.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Palazzo di Farnese : La Rencontre / The Meeting [Tully & Cesare]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum